Sensibilisation des ados à internet

discussion avec un ado

Internet est dans la vie quotidienne des ados. Les confinements successifs ont renforcé les usages car les besoins sociaux sont importants pendant cette période.

Cependant, sensibiliser les ados est important et n’implique pas forcément de restreindre les usages ou d’être coercitif. Ils sont en phase de construction et d’apprentissage, il est donc de notre devoir de leur expliquer les problématiques liés à un accès à internet trop invasif.

Mais… comment sensibiliser nos ados ou pré ados aux dangers sans les braquer ? Comment leur donner les bons réflexes et les bons outils de contrôle ? 

Discuter avec son ado

En tout premier lieu, il faut discuter au quotidien.

Saisir tous les prétextes pour en parler :

  • dans la voiture ils parlent d’un truc drôle vu sur un réseau social, intéressez vous au sujet, 
  • si affalé sur le canapé, votre ado se marre, venez jeter un coup d’œil pour rire avec lui de la dernière vidéo tiktok à la mode
  • une fake news, un hoax, un reportage, peuvent être aussi de bons moyens d’apprentissages
  • etc…

discussions à table avec un ado 

Mais ces discussions ne doivent pas être des inquisitions sous peine de le braquer : “tu as trouvé ça comment ?”, “ça vient d’où ?”, “ton compte est bien privé ?”, “j’aime pas ce youtuber, arrête de l’écouter…”, etc. 

Ces questions sont plutôt contre-productives et, personnellement, je préfère que mon ado fasse une bêtise et que je le sache et l’aide à rétablir une situation saine, plutôt que de la faire en cachette et ensuite qu’il n’ose pas m’en parler.

Si vous avez une belle relation de confiance avec votre ado, il viendra de lui-même vous demander quand il ne comprend pas une référence ou s’il tombe sur des contenus inappropriés, choquants ou déstabilisants.

Il y a quelques semaines ma fille, ado de 14 ans, a vu un tiktok complotiste sur les origines du sphinx en Egypte. Elle comprenait qu’il y avait un truc louche mais… Le message était ludique, bien ficelé et il semblait crédible et factuel. Il y avait des références à un historien, à un géologue et à différentes études précises. Elle nous en a parlé.

recherches d'une ado sur internet

Nous avons pu chercher avec elle des sources et les fondements scientifiques sur le sujet, mais aussi faire une recherche sur l’auteur et sa sphère d’influence. Ça a été l’occasion de lui faire découvrir des chaînes de vulgarisation historique fiables et de refaire un tour sur wikipédia. Selon l’âge on peut aussi utiliser Google Scholar pour aller directement voir les études sur les sujets, mais c’est trop ardu à lire à 14 ans !

Nous avons pu mettre en lumière que ça ne reflétait en rien des faits scientifiques et nous lui avons rétabli une vérité plus consensuelle dans le monde scientifique. Nous en avons profité pour lui montrer les ficelles de la construction d’un bon message complotiste ou d’une bonne fake news. Nous nous sommes même amusés à en construire pour bien montrer que sans esprit d’analyse, il est facile de faire croire n’importe quoi.

Dans son collège, ils ont des cours, ou en tout cas une initiation, sur l’esprit critique. Nous avons donc pu faire une belle mise en pratique : “qu’en penses tu ?”, “qu’est ce qui te semble litigieux ?”, “Comment pourrais-tu faire pour t’assurer de ce qu’est la vérité sur ce sujet ?”, “Et si c’était vrai qu’est ce que ça changerait ?”, etc.

Dans les discussions vous pouvez aborder de nombreux points et des angles très variés:

  • les problématiques humaines (cyber harcèlement, vie privée, données personnelles, consentement et droit à l’image, etc.)
  • les problématiques techniques (moteurs de recherches et biais cognitif, appareils, mots de passe, fabrication, coûts, etc.)
  • les problématiques environnementales (énergie grise et énergie d’utilisation, déchets, etc.)
  • les problématiques scientifiques ou de crédibilité (la différence entre un avis et un fait, etc.) et les différent biais (les algorithmes ne nous montre que des choses qui nous confortent dans nos propres idées puisqu’ils se basent sur les choses déjà consultées)
  • mais aussi des problématiques sociologiques et philosophiques plus profondes comme l’impact des usages sur les comportements ou les nouvelles relations sociales qu’internet établi
  • etc.

Tout ça peut donner lieu à de très beaux échanges et une meilleure compréhension du stade de construction de l’esprit critique de votre ado. 

illustration internet et reseaux sociaux avec des ados

Il est enfin important de discuter précisément de ses usages à lui. A quoi lui servent les réseaux sociaux, comment utilise-t-il internet, dans quel cadre, avec quelle retenue, quelles sont les règles chez ses amis, etc.

Vous serez sûrement surpris de voir que, bien qu’hyper connectés, les ados ont d’eux même des interdits, des lignes rouges qu’ils ne franchissent pas !

Établir des règles ensemble

Pour certaines thématiques, il va falloir discuter pour établir des règles. Pour cela vous devrez être au clair sur vos valeurs et ce que vous tolérez ou non. Vous devrez aussi être cohérents avec vos propres usages.

Par exemple, il va être difficile d’interdire à votre ado de 15 ans de poster des photos de vous sur insta si vous poster des photos de lui sur facebook sans lui demander.

Autre exemple, dans certaines familles, le soir après dîner, c’est jeu de société pour pouvoir faire une activité tous ensemble. Si tel est le cas, c’est sans téléphone et cela s’applique pour tous (y compris les adultes d’ailleurs 🙂 )

Dans d’autres familles, le soir c’est libre, chacun fait ce qu’il souhaite que ca soit télé, vidéo youtube, jeux vidéo ou dessin.

Il y a autant de situations qu’il y a de familles. 

Dans le premier exemple, vous comprendrez bien que la règle peut être que tous les téléphones sont en mode silencieux, poser dans une boite dans l’entrée, là où pour le 2eme exemple, il n’y aura pas de règle de ce type pour après dîner, mais peut être une règle pour les repas.

La règle souvent conflictuelle à mettre en place, si elle vous tient à cœur, est celle du téléphone dans la chambre et l’heure d’arrêt des écrans (console, téléphone, tablette, télé, etc.)

discussion positives avec ado

Établir les règles avec votre ado est le meilleur moyen de faire en sorte qu’elles soient respectées et non remises en question tous les jours ou semaines ! 

Au vu des discussions, vous pourrez établir des règles du genre :

  • pas de téléphone à table
  • pas d’appels après 22h
  • le téléphone reste dans l’entrée la nuit
  • le compte tiktok/instagram/… reste un compte privé (et les parents valident les paramètres de confidentialité régulièrement)
  • ne pas divulguer l’adresse email à un inconnu (et encore moins l’adresse physique)*
  • limites du temps de connexion
  • toujours demander l’accord des personnes présentes avant de poster une photo
  • etc.

Vous pouvez avoir des impératifs non négociables selon l’âge : un pré ado de 10 ans aura plus d’interdits qu’un ado de 17 ans ! Par exemple, pas de compte facebook avant 13 ans.

Mais toutes doivent être clairement évoquées, discutées et ajustées après les argumentations des uns et des autres. 

Ne pas oublier que ces règles peuvent faire l’objet d’ajustements après coup si on voit que c’est pas tenable ou qu’il en manque. Il peut même être intéressant de se mettre d’accord pour une révision annuelle des règles. Comme les usages outils et l’âge évoluent, faire évoluer le cadre est primordial.

Chez nous, les règles du contrat de confiance avec nos ados sont :

contrat et regles signé par une ado

  • pas de téléphones dans les chambres après 19h en semaine, et 21h le WE et vacances scolaires.
  • pas d’écran après dîner en semaine, et jusqu’à 21h max le WE et vacances scolaires. 
  • pas d’écran avant 7h le matin 
  • jamais d’écran à table ni dans la salle de bain (eh oui on a du mettre celle-ci alors que ca me semblait une évidence qu’un ipad sous la douche c’est pas utile !! )
  • aucun achat d’apps, même gratuite, sans validation parentale. Pour cette règle-ci nous avons mis le blocage technique pour s’en assurer
  • comptes privés sur les réseaux sociaux
  • ne jamais divulguer le nom, prénom, adresse physique, email, ou photos sans consentement ni sur les réseaux sociaux ni sur les chats des jeux en ligne. 
  • pour récupérer des contenus gratuits sur des sites, toujours demander pour qu’on regarde ensemble la crédibilité du site et l’usage qui est fait des informations personnelles ainsi divulguées.

Évidemment des ajustements sont négociables pour leur permettre d’aiguiser leurs habiletés de négociation. Par exemple pendant les vacances scolaires, ils viennent souvent demander 22h “parce qu’aujourd’hui on a bien aidé” ou “j’ai fait les pancakes du goûter, je peux avoir du rabe ce soir ?”. Selon comment c’est demandé et amené, parfois on accepte, parfois pas. Ça leur apprend la gestion de la frustration et à mieux argumenter !

Enfin, les règles c’est bien, mais définir des conséquences et les appliquer avec rigueur et constance c’est mieux !

Et évidemment, les conséquences sont à déterminer avant qu’il y ait une transgression à la règle pour qu’il n’y ait pas de surprises !

Les conséquences habituelles chez nous : tu as commencé à 6h45, ben tu perds 15 min le soir. Si ça arrive trop souvent, et qu’on ne peut donc pas faire confiance, on active le blocage des écrans à heure fixe pendant quelques semaines. 

Mon fils a fait un achat dans un jeu en ligne en utilisant la carte qui était dans mon sac. C’était avant Noël, il avait 8 ans. Il a fait des cadeaux aux copains… La conséquence a été  que ses cadeaux de Noël ont été réduits du montant, et il a dû nous faire un exposé complet sur la fraude bancaire et la console lui était inaccessible tant que l’exposé n’avait pas été fait.

Il a fait, avec notre aide, ses recherches sur internet et a finalisé un Google Slides pour nous présenter ses conclusions. Ca l’a bien marqué : un vol de coordonnées bancaires implique jusqu’à des peines de prison, et il ne s’en doutait pas.

Conclusion

En tant que parent nous sommes responsables de la mise en place de règles pour bien utiliser internet et les écrans.

Vous l’aurez compris, je prône plutôt l’approche consensuelle avec discussion et privilégie l’échange plutôt que l’interdiction et les outils de contrôle parental stricts.

Je conçois que ça ne puisse pas marcher avec tous les ados, mais pour moi, la relation de confiance établie sur un sujet aussi central pour un ado est le gage d’un respect mutuel et un grand pas pour la construction mentale de nos enfants.

2 réflexions sur “Sensibilisation des ados à internet”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page