Les métiers du numérique

reunion autour d'ordinateurs
Difficulté
1/5

Table des matières

Les métiers du numérique

Quelles sont aujourd’hui les différentes branches des métiers de l’informatique ?

C’est important d’avoir une vue d’ensemble pour bien s’orienter !

Il y a quelque temps, j’ai été sollicitée par un professeur de mes enfants (collège) pour présenter des métiers de l’informatique aux élèves. L’objectif est de leur exposer différents métiers pour qu’ils découvrent la diversité des filières.

Ça m’a donné l’idée de faire ce billet.

En 2022, comment organiser les différents métiers pour aider nos jeunes à se décider… Pas si simple dans ce monde qui change extrêmement rapidement !

Contexte

J’ai recherché des sources… et j’en ai trouvé ! mais toutes relativement anciennes : 2015 et 2017 !

Autant dire que dans le numérique, je ne suis pas certaine que le contenu soit encore pertinent, mais je vous fournis tout de même les références.

https://www.strategie.gouv.fr/publications/vision-prospective-partagee-emplois-competences-filiere-numerique

Edit : mise à jours en 2020 du referentiel RMINSIC https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/r/2084436b-ed7a-45b1-af08-d60e139ad14f

Les divers organismes étatiques n’ont pas tous la même granularité quand il s’agit de classifier. Par exemple, l’ANSSI (Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information) propose une déclinaison de 26 métiers dans les 4 grandes familles de métiers identifiés pour la cybersécurité, là où le référentiel général n’en compte que 6 pour une seule famille.

Je vais donc simplifier et proposer uniquement 5 grandes familles de métiers et les quelques métiers connexes. Pour chaque famille je ferai une explication succincte des compétences qui me semblent essentielles.

Attention, cet article n’est pas à destination des professionnels de l’informatique ! Il y a des approximations et des simplifications pour rendre tout cela accessible pour découvrir !

Je pourrais catégoriser selon plusieurs critères (domaine technique, métier, compétence, niveau d’étude, employabilité, etc.) mais comme je m’adresse ici aux parents, professeurs ou même directement aux collégiens ou lycéens qui font leurs recherches, je ne vais pas rentrer dans le détail précis ni une classification officielle ou exhaustive. Je vais décliner les métiers “classiques”, les nouveaux métiers, et enfin les métiers connexes. Dans chaque famille, de grands groupes seront mis en avant.

Famille de métiers de l’informatique “classique”

Le pilotage

salle de reunion avec 4 personnes en train découter un leader

Dans le numérique comme dans à peu près tous les domaines, il y a besoin de pilotes, de stratèges, de visionnaires pour donner les orientations, et ainsi guider efficacement les équipes.

Que ca soit un responsable de produit, un chef de projet, un planificateur, urbaniste, etc. Tous ces métiers sont indispensables au bon déroulement des projets.

On attend de ces personnes une bonne capacité à communiquer, une bonne organisation, une capacité à planifier, du leadership, beaucoup d’agilité et une vision à moyen long terme assez claire et surtout une bonne communication.

Quand on a une vision ou des objectifs, il est essentiel de pouvoir les partager !

Ces métiers ne sont généralement pas accessibles aux juniors sortant juste des études. Ils nécessitent un peu d’expérience.

Les études et développement

Dans la famille des études et développements, on trouve de nombreux métiers très variés.

On a évidemment, la partie étude et analyse de besoin, la partie développement logiciel, mais aussi développent de SIG, de matériel embarqué, etc.

developpeur portant un casque devant ses ecrans

On retrouvera donc ici des métiers comme architecte logiciel, développeur, testeur, concepteur, ergonome, UX designer, intégrateur, ingénieur SIG, etc. Mais aussi les métiers comme la recherche autour de l’intelligence artificielle ou de l’analyse de données.

Selon les métiers il va y avoir des compétences clés différentes, mais globalement, il faut être curieux, être capable d’analyser des situations parfois intriquées et complexes et il est nécessaire d’avoir une grande rigueur.

De nouveaux métiers font leur apparition comme no coder, ou app builder qui permettent de fabriquer des applications sans avoir à écrire de code.

Du côté de l’IA, de l’IoT et des metaverses, beaucoup de choses sont en train d’émerger et de nombreuses nouvelles opportunités sont à prévoir pour les années à venir.

Les infrastructures

Pour faire fonctionner n’importe quel projet, il est indispensable de s’appuyer sur une infrastructure informatique solide, robuste, fiable et automatisée.

3 personnes en train de monter ou demonter un PC ouvert devant eux

Ce sont les missions dévolues aux architectes techniques, administrateurs système, gestionnaires de parc, DBA, exploitant, administrateurs réseaux, SRE, etc.

Depuis une 10aine d’année les administrateurs en tous genre sont aussi des développeurs : ils codent ou automatisent de nombreuses tâches !

ecran avec du code

On demande aux personnes de ces métiers d’être capable d’analyser des situations parfois complexes, d’être capable de réagir sans paniquer en cas d’incident grave, de trouver des solutions en s’ajustant à de multiples contraintes.

Pour ces métiers, la tendance est l’adaptation au cloud. Gérer une infrastructure sécurisée en ne maîtrisant ni les serveurs ni le réseau physiquement. Cela amène aussi de nouveaux métiers comme les FinOps ou les architectes Cloud.

La cyber sécurité

Côté sécurité, on a un panel assez large de métiers en constante évolution ces dernières années.

salle de reunion sombre avec des personnes portant le maque des anonymous autour de la table

Le référentiel 2020 de l’ANSSI est plutot exhaustif, et vous donnera une vision précise si cet aspect vous interesse : https://www.ssi.gouv.fr/uploads/2021/10/anssi-panorama_metiers_cybersecurite-2020.pdf

On peut noter les 4 grandes familles :

  • Gestion de la sécurité et pilotage des projets de sécurité ( RSSI, directeur de projet de sécurité, coordinateur sécurité, etc.)
  • Conception et maintien d’un système d’information sécurisé (auditeur, architecte sécurité, cryptologue, etc.)
  • Gestion des incidents et des crises (analyste, SOC, opérateur cybersécurité, etc.)
  • Conseil service et recherches (chercheur, intégrateur, développeur spécialisé, etc.)

Concernant les compétences clés pour la sécurité, il faut de la rigueur, de la curiosité, de la réactivité, la capacité à dire non et à expliquer.

La communication n’est pas une des premières compétences qu’on verrait pour des spécialistes en cybersécurité, mais c’est bien une compétence capitale. Mettre des règles souvent impopulaires nécessite beaucoup de pédagogie et d’explications.

C'est quoi... un white hat ?

Le marketing et la communication

Les applications et les outils ainsi développés et sécurisés ne serviraient à rien sans communication et marketing associé.

ordinateur et page de statistiques

Aujourd’hui, en 2022, les community manager, marketeur digital, créateurs de contenus, médiateurs numériques, formateurs, etc. sont aussi des pierres angulaires des métiers du numérique.

Ces personnes doivent plutôt être créatives, et connaître parfaitement les règles de SEO, les algorithmes et tout ce qui permet de toucher une large audience.

Les innovations, la recherche et les domaines fortement liés

personne portant un casque de realité virtuelleJ’aurai pu mettre ces métiers là dans les catégories classiques, mais j’ai préféré les mettre de côté pour les expliquer un peu plus.

Le cloud

L’adoption du cloud dans les entreprises fait émerger de nouveaux besoins et donc de nouveaux métiers.

On peut citer les FinOps : une alliance entre le financier et les administrateur système pour consommer au mieux les ressources disponibles via le cloud.

Les enjeux du cloud avec la gestion de l’effet tsunami ou la répartition de charge, ou encore la sécurisation avec le Zero Trust impliquent de nouvelles compétences techniques. Cela s’accompagne d’un besoin de se tenir à jour encore plus important que pour les métiers classiques.

Les métiers de l’infrastructure sont ainsi chamboulés, mais les métiers relatifs au développement doivent aussi revoir leurs méthodes pour s’adapter au cloud.

La blockchain

Depuis quelques années on entend beaucoup parler de la blockchain avec en premier plan les crypto-monnaies (bitcoin, etherum, Cardano, etc.).

Cette technologie relativement nouvelle commence juste à faire ses premiers pas en entreprise. Il y a fort à parier que d’ici 5 ans de nombreux processus métiers utiliseront la blockchain pour garantir l’intégrité des données manipulées. Cela donnera lieu à l’émergence de nouveaux métiers et spécialités aujourd’hui inexistants.

https://www.entreprises.gouv.fr/fr/numerique/politique-numerique/la-strategie-nationale-blockchain

l’Intelligence Artificielle

Le développement galopant de l’intelligence artificielle dans tous les domaines de la vie fait entrevoir des possibilités colossales.

On peut citer les exemples les plus parlants :

  • en médecine pour aider à trouver les associations de molécules pour soigner certaines maladies (https://www.20minutes.fr/sante/3303315-20220607-intelligence-artificielle-service-chercheurs-fabriquer-medicaments)
  • associé aux téléservices pour déterminer si les pièces joints sont bien du type demandé
  • les chatbot, assistants numériques (Alexa, Google Home, etc.) ou autres interprètes interactifs
  • en finance, les algorithmes classiques peinent à prédire convenablement les marchés, des IA sont petit à petit en train de prendre la place
  • tout ce qui à trait aux prédictions (météo, militaire, circulation, fraudes, etc.) fait l’objet de développement spécifique avec de l’IA
  • etc.

Une liste plus exhaustive sur wikipédia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Applications_de_l%27intelligence_artificielle#:~:text=Une%20autre%20application%20de%20l,de%20leur%20niveau%20de%20qualification.

Le metaverse

Le métaverse est un Buzzword de ces derniers mois. L’idée de créer des mondes virtuels avec des avatars n’est pourtant pas nouvelle (Minecraft ou Roblox en sont de bons exemples), mais elle prend de l’ampleur dans le monde de l’entreprise. Les technologies modernes permettant en effet des combinaisons extraordinaires. Associer l’IA, la blockchain et la réalité virtuelle permet d’imaginer de nombreux nouveaux usages.

Les métiers autour du metaverse seront surement des métiers d’étude et développement avec une très forte spécialisation s’appuyant sur des infrastructures Cloud avec un fort besoin en cybersécurité.

La robotique

La robotique n’est pas une discipline nouvelle, mais je l’ai mise ici car j’aime beaucoup les innovations conséquentes au mariage robotique/informatique.

On a vu les robots aspirateurs qui détectent la poussière et les contours de la pièce qui sont déjà géniaux. Mais… avec les voitures autonomes, on est tout de même un cran au-dessus !

Associer des algorithmes de reconnaissance de formes (panneaux, lignes sur la route, piétons, etc.), et de l’IA pour prise de décision, est un défi extrêmement intéressant et technologiquement à notre portée.

On peut aussi noter les robots de Boston Dynamics utilisés récemment pour sécuriser le site de Pompéi. Outre la capacité du robot à se déplacer, il a l’agilité nécessaire pour éviter les obstacles, déambuler dans les zones de façon aléatoire mais en passant bien partout, et alerter en cas de détection suspecte (il a dû apprendre à différencier un chien d’un humain pour ne pas alerter pour rien). Un joli challenge !

La recherche

Tout cela ne serait pas possible dans un grand nombre de chercheurs. Que ce soit en algorithmique, en interface homme-machine, modélisation, statistiques, en IA, etc. les chercheurs sont indispensables.

Leur rôle est de trouver de nouvelles méthodes, de nouvelles façons de voir et ainsi donner naissance à de nouvelles disciplines ou domaines d’application.

Les métiers de la recherche en informatique sont couplés à de nombreuses autres disciplines comme l’électronique, la microélectronique, la biologie, les statistiques, les mathématiques, la psychologie, les neurosciences, etc.

Les recherches pluridisciplinaires sont celles qui sont le plus porteuses d’innovation ces dernières années ! Et c’est prévu pour durer !

Les métiers connexes

Dans ces métiers connexes je veux vous ouvrir des perspectives sur ce qu’il est aussi possible d’imaginer, comme association porteuse de sens pour des métiers.

On a des métiers qui ne sont pas des métiers numériques, mais qui peuvent avoir une plus value immense avec une spécialisation en numérique :

  • Les juristes ou avocats. Tous les métiers du juridique spécialisés dans le numérique ont le vent en poupe. Que ce soit pour gérer les litiges liés au RGPD, à la propriété intellectuelle, au harcèlement numérique, etc. il faut un arsenal juridique précis et maîtrisé en connaissant parfaitement le domaine.
  • De même pour la partie comptable : la gestion de contrat cloud, les spécificités des entreprises du numérique font qu’il est possible d’être spécialisé dans l’informatique en étant comptable !
  • Les psychologues sont très prisés des entreprises de jeux vidéo ou de réseaux sociaux. Utiliser les biais cognitifs de l’être humain faire rester l’utilisateur plus longtemps, ou pour le faire dépenser plus est un métier courant aujourd’hui. Les UX designer sont souvent des psychologues !
  • etc.

Je pourrais aussi écrire des heures sur les métiers de l’éthique liés au numérique… C’est un domaine fascinant !

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, l’emballement autour des addictions que cela engendre, les jeux vidéos, l’IA, etc. un fort besoin de réflexion sur le bien et le mal de ces algorithmes est indispensable.

Par exemple, voici un article assez complet sur l’éthique lié à l’IA et la santé : https://www.openstudio.fr/2021/08/05/ia-sante-la-question-de-lethique/

On a les mêmes questionnements de responsabilité sur les voitures autonomes. Si un algorithme prend une mauvaise décision. Qui est responsable ?

Comment apprendre a un algotithme à prendre une bonne decision : si j’ai 2 pietons qui traversent alors que le feu est rouge pour eux, 2 autres pietons sur le trotoir et une femme enceinte au bord de ma voiture…

Dois-je piler au risque de blesser la femme enceinte et son bebe ?

Dois-je écraser les 2 piétons qui ont grillé le feu rouge ?

Dois-je mettre un coup de volant au risque d’écraser les 2 piétons sur le trottoir ?

Quel doit être le critère de décision d’une telle situation? L’âge des personnes potentiellement blessées ? leur condition physique ? Cela implique de hiérarchiser des êtres humains… Ça emmène donc de très nombreuses réflexions philosophiques !

Le MIT a fait toute une étude la dessus, si vous voulez vous y essayer : https://www.moralmachine.net/hl/fr

En conclusion, on est à une période propice au numérique et les métiers du numérique sont en manque cruel de personnels. Les métiers sont tous passionnants à mes yeux, le plus dur est de choisir par quoi commencer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page